mardi 24 avril 2018

CETTE INDUSTRIE QUI TUE LE MONDE

Après ce weekend des jeunes créateurs, prenons le temps de regarder de l’autre côté du miroir. Les guerres du futur ne seront pas menées pour du pétrole, mais pour de l’eau, prophétie qui se concrétisera plus vite que prévue au regard de la pollution majeure et irréversible des cours d’eau engendrée par les fabriques de vêtements des grandes marques.

Cette industrie de la mode est la deuxième plus polluante du monde après celle du pétrole. Il s’agit d’un écocide et rien n’arrête ce processus néfaste, car les produits chimiques déversés dans les cours d’eau atterrissent, ensuite, dans les rivières et les fleuves qui, eux-mêmes, se jettent dans les mers et les océans. Un cercle infernal qui détruit toute forme de vie sur son passage en condamnant l’accès à l’eau potable des populations locales et en contaminant toute la chaîne alimentaire.


Les marques de l’industrie de la mode utilisent 105 000 milliards de litres d’eau potable par an. « Chaque centimètre de vêtement que vous achetez à un coût ». Les dessous toxiques de la mode et des grandes marques de la « fast-fashion industry » pour des entreprises qui réalisent des marges financières gigantesques, notamment grâce à leurs usines à bas coûts situées dans le tiers-monde et dont l’absence ou la dérogation aux normes environnementales permettent de rejeter impunément des produits toxiques dans la nature.

Les consommateurs ne se sont pas réveillés un beau matin en se disant : « Tiens, j’ai envie d’acheter cinq jeans pour la moitié du prix d’un ». Ce concept a été littéralement implanté dans la tête des gens par la fast-fashion industry ». S’en rendre compte, c’est déjà parcourir une partie du chemin, avant de réaliser une bonne fois pour toute qu’acheter en masse des vêtements pas chers revient à contribuer indéniablement à la souffrance et à la mort d’autres gens sur cette planète.

Anonymode