jeudi 16 novembre 2017

KARL SON ALTESSE SÉNILISIME

J’avais un petit "tweaker" sur le dessin du porc que le couturier Karl Lagerfeld avait publié dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung qui ironisait sur le producteur américain Harvey Weinstein, qu'il renomme "Schweinstein" (littéralement cochon de pierre en allemand). Il est étrange car lorsque nous avions fait paraître dans le Carnet Parisien un article sur sa fusée le brocardant à notre tour, celui-ci nous a fait supprimer des listings de la présentation de mode suivante. "Aaarch l'humour" serait-il seulement dans un sens ?


Le dessin qu’il publie dans le journal allemand avec un jeu de mots suspect entre le porc et le producteur Américain nous a choqués car l'analogie avec les "SS" durant la dernière guerre, qui appelaient les juifs "Schwein", nous est apparues évidente. 

A l'époque, je l’avais relevé mais je n’avais pas pensé une minute que Karl Lagerfeld pouvait faire un erreur de la sorte.
Mais, après la remarque faite dans l'émission de Thierry Ardisson, cela devient très suspect. J’apprécie, au combien, l’humour mais, je ne supporte pas que l'on puisse avoir une réaction aussi peu faire-play quand il s’agit de soi et aussi dur quand il s’agit des autres. Et oublier les Orgies organisées par Jacques de Bascher, rue de Rivoli, où Jacques un peu douteux parce que dangereux dans sa façon de rendre attirante des choses noires et interdites, Karl a la mémoire qui s'estompe avec le temps.
Karl a-t-il une problématique bien précise pour quitter Chanel et retourner dans sa ville de Hambourg pour vivre de sa marque qui vivote dans ce grand pays de 83 millions de personnes ? Rester dans la mémoire collective est une obsession et son doux rêve ne se réalisera pas, car l’image qu’il aura donné disparaîtra avec lui. Seul restera Chanel. Alors changeant sa stratégie, il prépare son retour en Allemagne ; "ich bin ein Hamburger".


Ce relent d’antisémitisme vient de terminer sa très longue carrière chez les Wertheimer, et pourtant, il avait face à lui la catastrophique déclaration de John Galliano, qui lui n'avait pas d'excuse bien qu'il fut sous l’emprise de l’alcool et de la drogue. Le Kaiser lui était conscient, et nous ne pouvons pas imaginer que cet homme d’une très grande intelligence puisse avoir fait une telle erreur. Hurler avec les loups, car les loups sont entrés dans Paris, qu'en pensez-vous ?


Anonymode