vendredi 22 septembre 2017

FENDI BY CARNE LAGERFELD

Fendi ou Lima-culé confection, loin de sa baguette pour les connaisseurs de la marque, c’est toujours le kaiser qui officine depuis 1965. Une débauche de soieries, de cuirs et de mousselines, ré-interprétation du Tartan, c’est là où le Hamburger est le meilleur dans l’interprétation de la culture des autres. Karl lui avance, car il ne suit jamais une idée fixe.

Savant mélange entre Mondrian et les filles de foi qui ont des croyances antiseptiques, mais peu importe, nous nous laissons emporter dans une collection qui survole le power fileur. Chevelure bleue, comme la barbe du seigneur de Guillery, mais là c’est la femme qui vous mange tout cru. Quand le culte de la beauté tourne à l’obsession, Fendi où enfin le retour du chic à l’italienne, après Gucci, hier, il était temps ! Un petit moment de gloire pour le Seigneur des Arnault : Pinault 0 : Arnault 1.

Un moment de subtile égarement où le temps s’arrête pour finir en apothéose.

jeudi 21 septembre 2017

GUCCI DES RUINES ROMAINES POUR MILAN !

C’est sur des ruines que Gucci installe sa couture, des ruines qui, au demeurant, devraient être romaines, mais, pour le cas de figure, elles seront milanaises ! Chacun pense qu’Alexandre Michel qui décrypte la mode comme un costume de scène, n’a pas plus de goût qu’un garçon coiffeur, mais il en a le look. Par contre, certainement pas le New Look.

Il n’est pas un esprit facile, mais entre la facilité pour pondre sans effort et sa fécondité laborieuse, voire quelquefois douloureuse, il y a un abîme d’incompréhension pour les esprits qui cogitent. C’est un homme à couture rare, et quand il a une idée, il la cuit et la recuit, non pas dans son jus, car il n’en a pas. C’est un esprit d’une sécheresse supérieurement sec, une compréhension de la mode en surface, avec ni sentiment, ni enthousiasme, ni idéal et ni profondeur, un talent physique comme celui du dessinateur à l’emporte-pièce, ou encore comme celui de l’enlumineur de cartes de géographie.

Tous les égouts sont dans la nature, et pour ces métiers et cette industrie, il faut somme toute, de temps à autre vidanger. Il découpe en empaquetant la couleur,  il laisse aux yeux de l’esprit la sensation insupportable de deviner un message peu ou prou compréhensible.  Que l’on me passe le mot, ce n’est finalement qu’un faiseur de bric-à-brac.

mardi 19 septembre 2017

ROLAND MOURAIT A LONDRES

Roland, la connaissance intuitive du corps de la femme, disait-on quand nous n'avions rien à dire : phrase type des journaleux en panne d'inspiration qui mouche à chaque mot, pour faire couler la rivière de pièces d'or qui s'écoule des groupes qui les engagent à la trime/ ou pige, c'est selon ? Mais, en tout cas, à la trique.

Une 'Galaxy' à part - pour les connaisseurs - mais si Roland est en panne d'inspiration, ce n'est pas la Grande-Bretagne qui va lui en donner, car son art est déclinant. Bienvenue dans le monde d'un enfant des Pyrénées, immigrant permanent entre Toulouse et Jean Paul Gaultier, ancien mannequin de la couture parti pour l'Outre 'manches' qui n'aura pas trouvé le 'Spiritus' ou l'inspiration, en deux mots : le souffle divin.

Le cœur au bord des lèvres, et surtout, autour du cou, un bijou qui ne porte pas usuellement chance, Christian Lacroix en avait fait, en son temps, son flacon de parfum qui avait été un échec total pour le groupe du Seigneur des Arnault.

vendredi 15 septembre 2017

ZADIG ET VOLTAIRE, STUPEUR ET TREMBLEMENT

C'est un "sein en hiver" que "Zadig et Voltaire" nous présente, une couture qui "n'était guère épais", comme dirait Lev Nikolaïevitch,  une collection de tapineuses, de routiers, habituels barbares de la création qui surfe entre le zig et le zadig pour nous présenter au final un Orient de bas étage. Fin de série du royaume de Babylone, une couture pensée dans la rue et cousue sur la borne, mais la vermine éphémère démange un instant, puis périt ensuite.

La marque suit les préceptes de Zoroastre : "celui qui a de vieux chameaux" (traduction littérale).

La princesse Rania de Boors pousse des petits cris à la vue d'un ensemble où la poitrine est masquée seulement d'une résille largement ajourée. Je lui demande :  "à quoi pensez-vous ?" C’était déjà lui faire un compliment. Je pense me dit-elle qu'autrefois j"avais une poitrine comme cela ! Effectivement ses seins sont passés à la taille de mamelle à progéniture du Colosse de Rhodes, alors que son cerveau lui n'a pas bougé d'un iota.

Aimez-vous la collection, chère Madame ? Oui je suis plutôt séduite, dit-elle en regardant le bellâtre devant elle, qui 'Harbour' une musculation imposante et qu'elle voudrait bien en faire son 'porc d'attache'. Un 'Cul Pidon' venait de décocher sa flèche pour venir mettre un peu de fantaisie dans ce show qui n'en finissait pas.

Chaque passage est plus affreux l'un que l'autre, et nous soumet à une torture visuelle digne d'Orange Mécanique.

jeudi 14 septembre 2017

HERRERA "HUMANUM EST"

Herrera "Humanum Est" (l'erreur est humaine) d'avoir pensé que le spectacle, longtemps après, aurait été meilleur, et mille excuses d'imposer à vos yeux exercés cette haine de la beauté, haine sournoise d'âme de peu de foi, qui vous pousse malgré le ridicule aux gestes les plus incongrus de la couture.

Peu importe la tâche, pourvu qu'on ait l'ivresse de "l'Eau Ecarlate", les filles filiformes se suivent et se ressemblent, et celles qui sont maigres comme des clous me rendent marteau.

Née et élevée au Venezuela, Carolina Herrera a été exposée, dès son enfance, à la fois à une culture mode et aussi au beau : «Mon œil était habitué à voir de belles choses» se plaît-elle à raconter. Et bien, si vous avez assisté à la dernière présentation de sa collection à la New York Fashion Week, nous avons eu du mal à voir le beau !

Herrera regarde les jardins de sa maison dans son Venezuela natal, là où elle trouve l'inspiration des fleurs et de ses tissus. Une palette de couleurs de tâches à la Oscar de la Renta pour cette saison. A se demander qui a copié sur qui ?

En 1981, elle avait les encouragements de la légendaire Diana Vreeland, pour sa première collection au Metropolitan Club de New York. Aujourd'hui, nous sommes loin de la jeune fille si charmante qui, à l'époque, nous remettait sa copie sans inhibition, et nous avions pensé alors que son âge l'emporterait sur sa jeunesse afin de devenir une vraie créatrice.

mercredi 13 septembre 2017

UNE GROSSE POMME POUR PUMA

Rihanna est une source d’expiration pour nous mais surtout pour les jeunes. Elle est l’ambassadrice de Puma, normal pour une « couguar ». Directrice artistique des collections féminines de la griffe sportive depuis 2015, elle propose à la fashion week de New York une bien morne collection.  Elle, qui avait déclaré sur les médias sociaux que son premier baiser avait été «le pire moment» de sa vie : «Il avait déversé toutes ses glandes salivaires dans ma bouche», aujourd’hui, c’est le contraire, elle nous assène un baiser mais c’est le baiser de la mort. Bienvenue dans la ‘fashion wreck’ de New York.

A la question de Laverne Cox, qui lui demande comment elle a réussi à s’afficher dans la fameuse robe transparente, signée Adam Selman, qui avait fait sensation aux CFDA Awards en 2014, Rihanna répondit avec humour : « Cher Laverne, je profite de l’avantage de mes nénés avant qu’ils ne tombent » ; le comble de la vulgarité et de l’idiotie. La barbadienne fait de la couture à la Barbadrie.

mardi 12 septembre 2017

NAMILIA POUR NABILLA

Les Fashion Weeks sont de véritables opportunités pour les nouveaux designers de se faire connaître. Malheureusement ou heureusement, nous assistons souvent à des collections qui ne seront jamais produites et restent seulement adaptées à un show conceptuel d’étudiants de mode plus que celui d’une marque essayant de vendre des produits.

Les concepteurs designers Nan Li et Emilia Pfohl semblent loin de ces préoccupations et ont présenté une collection inspirée du XVIe / XVIIIe siècle. Par conséquent, non seulement ces vêtements ne peuvent être vendus mais techniquement, il y a un réel manque de savoir-faire dans la réalisation. Ces deux designers qui nous donnent « un reflux gastrique à l’apparition des modèles. La Baronne de Bagnoles de l’Homme est secouée de soubresauts, plus sotte que secouée d’ailleurs. « Je prends cela comme une gifle me dit-elle ‘autant en emporte le vlan.’

C’est une adresse des gens d’esprit, avec un mot de galanterie, ils sortent du plus difficile labyrinthe, et bien, pour la mode, c’est pareil. Karl, le grand maître de la discipline nous montre une fusée pour faire oublier sa mode. Il n’y a rien de meilleur que de ne se faire jamais trop entendre. Certains couturiers fripons, infâmes histrion de mode, comprennent que flagorner est une source inépuisable de succès.

lundi 11 septembre 2017

UN PLEIN POUR UN RIEN

Un plein pour un vide plus sidérant que sidéral. Le plein de jarretières de cuir, c'est la couture sexe du XVe siècle mis à l'honneur dans sa réactualisation d'un quatrain pour une catin. A se demander, si le créateur n'était pas plein ?

Une crinoline sans jupe avec des lames d'acier flexibles remplacées par des lanières de cuir : "très jolie quand tu veux aller au lit pour une séance de bondage, me dit la Vicomtesse de Voixtout, mais malheureusement quand tu l'enfiles, ce n'est même pas confortable".

Body de pute et socquette de petite fille, la vérité sur le prêt-à-porter n'est pas toujours au rendez-vous dans la ville où le quart d'heure de célébrité fait légion. Mais, pour Philippe Plein, son quart d'heure est en retard à la grande horloge des faiseurs de vêtements. Un vrai comte de faits.

Anonymode

samedi 9 septembre 2017

RAF SIMONSTRE N.Y. FASHION BERK

Le prince Raf Simonstre présente sa collection à N.Y. et en bon Calvin clin d’œil, à l'ouest Américain, pour ne pas oublier qu'il était vraiment à l'ouest quand il était chez Dior. Ce comptable architecte et, à l'occasion dictateur artistique, reste la matérialisation biologique du designer de demain ; une savante mutation génétique de très peu de talent, un soupçon de rien, et beaucoup d’arrogance. Bienvenu dans le monde merveilleux de Calvinculare.

Il est comme La Fontaine : sa couture est affable, sa mode n'a pas progressé d'un millimètre, elle recule même car nouvellement Americain il est attiré par l'examen que lui fait passer Wintour et puis s'en vont, mais le seul examen qu'il a à son actif, ce sont ses analyses d'urine, et encore elles sont mauvaises !

Non seulement l'observation est superficielle, les trucs démodés, la narration commune et dépourvue de caractère, et la note du réaliste est inexistante. Le "mètre" est descendu au fond de l’abîme couture. La baronne Marie-Chantal de Boisdetête, vieux fossile qui aurait dû rester enfoui, trouve la collection aussi terrible que l’ouragan Irma. Elle est me dit que le Simongeddon de la mode, là où il sévit plus rien ne repousse. Il est, à lui seul, la destruction totale de la mode.

vendredi 8 septembre 2017

LISI LIU LA PERLE JAUNE DU SICHUAN

Si vous lui parlez en français, il vous comprendra extrêmement bien, mais, à contrario, vous le comprendrez difficilement quand il vous parle ! Il mange les mots comme il savoure sa ville d'adoption. Toutefois, nous n'étions pas là pour voir si Lisi parlait correctement le français ou pas, mais pour voir si c'était un vrai couturier. Un point c'est tout.

Bienvenue dans un voyage, au cœur de l'Empire du Milieu de la mode. Même si son français est approximatif, sa couture ne l'est pas. Ce jeune de 26 ans formé à Esmod a cette ferme volonté de vouloir se hisser parmi les premiers designers chinois de la capitale française avec Guo Peï.

Dans son atelier du huitième arrondissement, il vit avec sa cousine, femme de tête, qui, pour lui, est le Pierre Bergé de St Laurent. Précise et organisée, elle a millimétré la rencontre de main de Maître.

Je l'appellerai la rose jaune du Sichuan en raison de sa sensibilité culturelle. La plupart des Lisi fans était présent à la présentation de sa collection en juillet et même la Chambre Syndicale était venue ! Il attire les foules. Le petit bonhomme est comme une curiosité qui passionne.

jeudi 7 septembre 2017

LVMH ET KERING UN 36

Un "36" pour des Orfèvres ou pour un Faubourg, c'est la taille que choisissent Kering et LVMH pour la taille mini des mannequins de la mode. Un 36 maître 'et talon' pour un aveu que la profession acceptait jusqu'alors des mannequins en 34 voire en 32 dans certains cas de figure, mais aussi des jeunes filles de 16 ans et, parfois moins, qui cachent leur âge par commodité.

La Baronne de la Mastodonte en a vu 36 chandelles quand elle s'est aperçue que son poids devient celui officiel des mannequins des groupes de luxe. Mais, me confie-t-elle plus je grossis et plus je m'aigris !

Cette charte «sur les relations de travail et le bien-être des mannequins» a été signée dans une démarche inédite après des polémiques, notamment sur les conditions d’un casting lors de la Fashion Week parisienne en février. La charte requiert la présentation d’un certificat médical datant de moins de six mois, tandis que la loi prévoit que ce certificat, prenant notamment en compte l’indice de masse corporelle (IMC) du mannequin, peut remonter jusqu’à deux ans.

mercredi 6 septembre 2017

BURBERRY UN ESPRIT !

L’esprit "British" dans une grande exposition de photos est avec la Fashion Week de Londres en ligne de 'lire' les couturiers Français. La griffe anglaise pilotée par Christopher Bailey, une crème sensuelle, organisera une exposition de photos intitulée « Here we are », consacrée au style de vie britannique : "la parole est d'argent et le silence endort".

Le label connu pour son célèbre trench propose aux anglais de redécouvrir ce qu'ils sont. "Old Sessions House", pour ceux qui connaissent, est un somptueux édifice du 18ème siècle situé dans le quartier de Clerkenwell à Londres, entièrement rénové pour accueillir des événements. Avec ses restaurants haut de gamme, c'est devenu  "the place to be".  L'exposition, outre le défilé de Burberry, est programmé du 18 septembre au 1er octobre.

Organisé par Christopher Bailey, Lucy Kumara Moore, écrivain et directrice de la librairie de livres d'art "Claire de Rouen", et le photographe Alasdair McLellan, qui a longtemps suivi la marque, investiront les trois étages de l’édifice avec plus de 200 photos traversant le 20e siècle.

mardi 5 septembre 2017

DESIGUAL GOUDE DEAL

A soixante seize ans, le publicitaire deviendra-t-il un deuxième Jean Paul Gouldtier ? Après l'architecte Raf Simons, voilà les publicitaires ! Ne serait-il pas plus judicieux de prendre dans le vivier extraordinaire de créateurs sortant des bonnes écoles de mode comme Esmod plutôt que de prendre des hommes déjà en retrait au féminin.

La marque de prêt-à-porter espagnole vient d'engager le célèbre photographe et metteur en scène, Jean-Paul Goude en tant que directeur artistique, alors que la marque s'apprête à défiler à New York le 7 septembre prochain. L’annonce a fait l'effet d'une bombe, car jusqu'alors connu pour son travail pour le magazine Esquire, ses mythiques illustrations, logos, ainsi que ses campagnes publicitaires et autres courts-métrages, le créateur français sera en charge des collections de la griffe OVNI de la mode hispanique.

Durant la Fashion Week de N.Y. de septembre, Jean-Paul Goude assurera le stylisme du défilé. Il aurait pris des cours en accéléré aux Ecoles de la Chambre Syndicale où ils ont un cursus de 2 semaines à 35 000 € et, comme par magie, vous devenez couturier. Il présentera donc une première capsule de sa création. Nous attendons cela avec beaucoup d’impatience. Dans la 'Jungle Fever' de la mode, nos Vicomtesses et Baronne sont prêtes avec leurs griffes acérées à décrire sans concession. Une révolution, qui ne sera peut-être pas bicentenaire mais plutôt bisexuelle.

La griffe espagnole communique fortement via des événements de street marketing. Elle s'est notamment illustrée depuis 2006 en distribuant gratuitement des vêtements à ses clientes en échange de leur nudité. Un concept reprit par la Maire de Paris, la Reine Margot, qui finalement met les nudistes au bois de Boulogne et les vélistes au bois doré.

lundi 4 septembre 2017

ADELINE ANDRÉ COUTURE

Comme le premier verticille, la robe que l'on expose ne deviendra robe qu'une fois seulement effeuillée et que les sépales ne soient pas identiques aux pétales comme chez le Camélia. Son inspiration n'est pas l'opéra de Verdi, et le seul Duval que je vois ici, c'est le pastiche.

Les tubercules qui s'avancent de la rousse qui se donne des airs de Viviane, n'en reste qu'une pâle copie, chronique d'une artiste qui était dans le sillage de Marc Bohan, et qui n'a rien appris à son contact. Le talent est toujours menacé par l'insignifiant !!!

Pourquoi raconter la défloraison ? En perspective, toiles à régner à l'horizon, mais, en tout cas, pas sur le monde de la mode française. Minimaliste disait ma voisine la Baronne de la Cystite Rhénale toujours en villegia-vergiture, c'est une couture très sobre, c'est à se demander si la sobriété était de ce défilé, car perdue dans les limbes vaporeuses de mousseline de la couleur du Spritz, boisson à la mode, les robes s'ouvraient comme la Baronne à mon endroit.

Au commencement donc naquit l'ennui, vulgairement appelé chaos. Dieu s'ennuyant créa la terre, le ciel, l'eau, les animaux, les plantes. Adeline André, elle, créa l'ennui. L'ennui de la couture faisait découvrir le prêt-à-porter comme l'ennui de la féodalité provoquait la révolution française. L'ennui de Maria Patassa Calembouris, héritière du joaillier d’Athènes, ma voisine, ne créa rien de positif dans son cerveau. J'entends par là une étincelle d'intelligence.

vendredi 1 septembre 2017

LES QUADRAJEUNAIRES DE MODE

Ils ont souvent une casquette avec la visière sur le cou, un T-shirt fluo, un short et surtout une planche de skate extra-longue, comme le prolongement de leur pénis virtuel, muni d'un petit moteur ce transporteur leur permettent de débouler sur les trottoirs de la capitale parisienne à plus de 20 km/h.

Je les appelle les "Quadra-Jeunaires" ; de grands enfants trop penchés pour ne rien voir, excepté leur nombril. D'ailleurs, ils ne veulent pas d'enfant ; c'est sale, ça fait du bruit et cela empêche de voyager. Résolument indépendants bien léchés, ils sont surtout bien lâchés et se sont libérés de toutes les contraintes que constituent nos règles de vie en société. Leur travail est choisi à une besogne subie, c'est leur leitmotiv de vie.

Leur vie sexuelle se résume aux vidéos sur internet car ils n'entendent rien aux femmes et préfèrent la veuve poignet à une sexualité trop compliquée. Ils ont plus de 40 ans et collectionnent les Nike, Jordan, et les seuls "books" qu'ils portent sont des Reebok. Ils se foutent complètement des montres de luxe, leur Apple watch reste le dernier lien qu'ils ont avec cette terre, mais surtout avec leurs amies virtuelles. Les relations avec leurs grands enfants, qu'ils ont, quelquefois eu d'un premier mariage raté, se résument à fréquenter les mêmes boîtes de nuit ou les bars sur les quais de Seine au pied du musée d'Orsay.

jeudi 31 août 2017

DELVAUX, LA BEAU BEAUSSITUDE

Voilà une démarche plutôt gonflée, une réflexion marketing qui sort des clous, des codes du luxe et qui, par conséquent, nous a beaucoup intéressés. Le luxe c'est "luxus" en latin, la luxation ou la fracture, par conséquent, la transgression. Bien joué à Delvaux. En tous cas, c'est bien mieux que le concept de LVMH qui a singé les tableaux du Louvre.

Champs de frites et gaufres de Bruxelles, la collection des 'Miniatures Belgitude', en édition limitée, de Delvaux rend hommage aux nombreux trésors du Royaume de Belgique. Qu’ils soient célèbres ou plus secrets, venez faire un voyage avec moi dans un concept surréaliste et poétique de Carême.

Des versions artisanales miniaturisées du modèle "Brillant", sac emblématique de la maison créé en 1958, et, je connais bien cette année. Croyez-moi ! Parfait mélange d’humour et de savoir-faire. chaque sac porte le nom d’une ville belge et évoque un aspect particulier de la singularité et de l’attitude qui est propre à la Belgique, le concept de la Belgitude est né.

Illustré par de mini-vidéos, et surtout, de minis produits : le concept de Jaco Van Dormael nous emporte. C'est un véritable ovni publicitaire. Oui, la marque fait le buzz sur les réseaux sociaux,  se moquant d'elle-même par le sac de 'Gand' où le slogan est : "Ceci n’est pas un Delvaux, mais ceci est bien Gand".

mercredi 30 août 2017

FASHION WEEK DE SEPTEMBRE

Nous commencerons par les absents de la Fashion Week de Paris pour septembre, Paule Ka, Wanda Nylon, Maison Rabih Kayrouz, Barbara Bui, Nehera, A.P.C., Véronique Branquinho qui tire sa révérence, Olivier Theyskens et  Courrèges, qui vient de se séparer du duo Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant.

La Fashion Week de Paris, qui se déroulera du 26 septembre au 3 octobre prochains, verra le Seigneur des Arnault avoir eu gain de cause en présentant Dior le premier jour. Cela va faire plaisir au groupe Kering et sa marque St Laurent reléguée au deuxième rang. Mais cette guerre de dates ne nous intéresse pas vraiment... voici les points fort à retenir pour cette course à l’échalotte 

Tout d'abord Altuzarra qui traverse l'atlantique pour venir présenter à Paris le 30 septembre à 18h00, un autre migrant, Thom Browne, qui était déjà là pour la mode masculine, viendra présenter dans le grand embouteillage Parisien de la Reine Margot.

Lacoste, pour célébrer ses 85 ans, reviendra en terre connue 'en MAUS costaud', et présentera le mercredi 27 à 10h00. Mais le grand moment c'est Givenchy le 1er octobre à 10h00, avec le premier défilé de Clare Waigth Keller, qui sera certainement un défilé de poids - "Sorry, je n'ai pas pu résister" - Serge Ruffieux pour Carven prendra date le 28 septembre, et Ungaro avec Marco Colagrossi le 29 à 15h30.

mardi 29 août 2017

UN MILLIARD DE DOLLARS CASHNEL

Des actionnaires qui sont 'Chanel-heureux': la fratrie Wertheimer n'est pas secrète, elle est juste discrète, et si nous  parlons d'eux ce matin c'est qu'ils sont au cœur d'une information qui suscite de nombreuses polémiques. Alain et Gérard Wertheimer se sont versés l'année dernière un dividende de 3,4 milliards de dollars, soit 4 fois le bénéfice net de Chanel. 

À l'heure où la maison de luxe est en difficulté, avec un chiffre d'affaire en baisse et un grand besoin en fond de roulement, (cashflow pour les anglophones), le 'C' Chanel ne signifie pas Crise mais 'CASH'. 

Ces héritiers, qui n'ont rien créé, ont des participations dans les montres Bell And Ross, dans les maillots de bains haut de gamme Erès, ayant vendu dernièrement Bourgeois et Guy Degrenne ont surtout eu la chance d'avoir un grand-père qui a croisé la route de Gabrielle Chanel. 

Pierre Wertheimer s'allie avec Mademoiselle Chanel, il est, à l'époque, le propriétaire des Galeries Lafayette et crée, en 1924, en collaboration avec Gabrielle, le Parfum Chanel N°5. Avec 70 % des parts de la société, Gabrielle Chanel se voit dépossédée de sa maison après-guerre, un tribut peut-être ?